Abordons la confiance en l’autre 


Abonnez-vous. 
Vous recevrez mes chroniques et des outils concrets pour améliorer votre vie et votre quotidien.

 

Et recevez gratuitement mon e-book :

"Les clés d'un coaching réussi"

 

test

Abonnez-vous à mes chroniques.

Et recevez en cadeau un extrait de mon e-book :

"Les clés d'un coaching réussi"

Abordons la confiance en l’autre

22 mars 2019
Blog
Abordons la confiance en l’autre

Renforcer la relation et la communication que nous avons avec l'autre

Le mois dernier, je vous parlais de confiance en soi. Ce mois-ci, abordons la confiance en l’autre.

Au cours de ses conférences, Jacques Salomé demandait à deux personnes du public de venir sur scène. Pour les mettre en relation, il leur proposait de tenir chacun une extrémité d’un même foulard. Ceci pour nous faire visualiser que dans une relation, nous sommes toujours 3 : vous, moi et notre relation ; Arthur, Noémie et leur relation ; Charlotte, maman et leur relation, etc.

Cette relation peut être naturelle, facile, fluide, aimante, tendue, hérissée d’épines ou « à trous ».

Nous sommes responsable de qui nous sommes, de la façon dont nous recevons les messages verbaux et non-verbaux : attention 93 % de notre communication est non verbale, un sourire, un rictus, un haussement d’épaule, « faire la sourde oreille » sont des messages.

Nous sommes responsable de la même façon des messages que nous envoyons et de vérifier la bonne réception de ces messages.

 

Pas simple n’est-ce pas ?!

Il n’est qu’à observer les difficultés de communication dans les familles ou les entreprises pour se rendre compte qu’il est urgent d’apprendre à mieux communiquer.

Première piste, analyser mes filtres d’interprétation :

  • Suis-je plutôt dans la bienveillance, la confiance, la méfiance, la défiance ?
  • Quels sont mes suppositions, mes croyances, les sauces auxquelles j’assaisonne les informations factuelles que je reçois ?

 

Exemple

Alice doit rejoindre un groupe d’amis pour une randonnée. Elle est une peu juste au niveau timing ce matin et quand elle arrive sur le lieu du rendez-vous, elle aperçoit les voitures qui s’éloignent. Stupeur, ils ne l’ont pas attendue, ils l’ont oubliée.

Alice va-t-elle se vexer, en faire une affaire personnelle (revoyez vos « accords toltèques), rentrer chez elle vexée, en colère, triste ? Ou va-t-elle faire confiance à ses amis qui ne se sont pas rappelés qu’elle venait, et qui en bavardant et plaisantant, tout heureux de se retrouver par ce beau dimanche ensoleillé, sont montés dans les voitures et joyeusement partis randonner.

Alice va-t-elle filtrer avec confiance en elle et en ses amis et pardonner ou avec défiance en elle et en ses amis, s’estimer « de peu d’intérêt »  ou pire, supposer qu’ils l’ont fait volontairement. Encore une fois, étiqueter erreur ou faute ?

 

Autres exemples

Marc vieillit et pense à transmettre son entreprise à ses enfants. Il aime ses enfants, c’est sûr mais il a du mal à lâcher, il hésite à partir, à les laisser faire, leur passer vraiment le relais. Ses enfants « trépignent » de se sentir contrôlés, surveillés, d’entendre ses remarques, de subir ses vérifications. « Il ne nous fait pas confiance, c’est toujours lui qui décide finalement, il veut être au courant de tout ».

Pour ses enfants qui ont besoin d’autonomie et de prise de responsabilités, qui seront un jour seuls en charge de l’entreprise, le temps est long. A côté, Marc, même s’il dit qu’il va transmette, trouve que cela va trop vite, hésite, consciemment ou inconsciemment, à lâcher, à faire confiance vraiment.

 

Julien est entré à l’université. Ses parents Laure et François sont à la fois fiers et inquiets. Ils affirment qu’ils lui font confiance et en même temps l’interrogent constamment : « Tu as travaillé tes maths ?, tu as fais des fiches ?, tu sors ce soir !?, tu crois vraiment que tu as assez travaillé ce week-end ? Julien sent la peur de ses parents. A un moment charnière de sa vie, le passage de l’adolescence chez papa-maman à l’âge adulte, avec ses responsabilités et ses risques, il sent la peur de ses parents, il la ressent comme un manque de confiance, du coup il peut douter de lui « et s’ils avaient raison de douter, si je n’en étais pas capable ? »

 

Une bonne estime de soi est alimentée par le sentiment d’être aimé et de se sentir compétent.

Alors chassons les doutes, la méfiance et installons le calme et la confiance. Décrétons la confiance.

Cela va apporter du confort dans les relations. Et attention, faire confiance n’empêche pas de poser ses limites, de dire son ressenti avec clame et bienveillance, de cadrer, voire de recadrer. Mais de le faire en une fois, pas sans arrêt, de manière responsable et attentive au ressenti de l’autre. Et de sortir de toute forme de peurs, de défiance, de soupçon, de toutes ces remarques et vérifications qui blessent voire harcèlent l’autre.

Alice fait confiance à la qualité de sa relation avec ses amis et leur pardonne leur oubli tout en se rappelant avec humour à leur bon souvenir avant la prochaine randonnée.

Marc affiche sa confiance en ses enfants et informe ses clients et fournisseurs qu’il passe le relais parce ce que le temps est venu et il imprègne sa communication de la confiance et de la fierté qu’il ressent envers ses enfants. (Si ce n’est pas le cas, il est urgent qu’il cherche un repreneur et qu’il arrête de se mentir et de mentir à ses enfants !!)

Laure et François passent un contrat avec Julien, expriment leurs souhaits, leur besoin de le voir impliqué et d’être informés et rassurés régulièrement et lui affirment leur confiance et leur soutien en cas de besoin.

Essayez ! Et raconte-moi.

 

Prenez soin de vous

Abordons la confiance en l’autre

Retour à la liste