Démêler l’écheveau des émotions 


Abonnez-vous. 
Vous recevrez mes chroniques et des outils concrets pour améliorer votre vie et votre quotidien.

 

Et recevez gratuitement mon e-book :

"Les clés d'un coaching réussi"

 

test

Abonnez-vous à mes chroniques.

Et recevez en cadeau un extrait de mon e-book :

"Les clés d'un coaching réussi"

Démêler l’écheveau des émotions

30 novembre 2019
Blog
Démêler l’écheveau des émotions

Ce matin je démêlais une chaîne et un collier qui par un grand mystère s’étaient emmêlés au fond de ma petite bourse de voyage. Le mal que j’ai eu et le temps que j’ai mis à les démêler m’ont fait penser à la difficulté que nous avons parfois à démêler nos émotions.

 

Quand je travaille avec mes coachés, une de mes questions est :

Que ressentez-vous ? Quelle est votre émotion, quel est votre ressenti et le sentiment qui s’installe en vous au delà de cette première émotion ?

Comprendre ce qu’il se passe vraiment

Première intention, mettre des mots, prendre un peu de recul, accéder à une meilleure compréhension de la source réelle du problème et du besoin qui demande à être comblé.

  • Peur ? ...de qui, de quoi ?
  • Colère ? ...contre qui, contre quoi, contre soi ?
  • Tristesse ?
  • Dégoût ?
  • Surprise ?

On définit aussi des émotions mixtes comme la honte (mélange de peur et de colère), la jalousie (peur et colère), etc.

La racine latine de émotion est "movere", mettre en mouvement

La gestion d’une émotion par le cerveau reptilien va se situer entre fuir et attaquer, ces deux extrêmes étant à éviter car ils nous éloignent souvent de la solution du problème et de la « leçon » de vie, cet apprentissage destiné à nous faire grandir et nous éviter la répétition de scénarios de vie.

Notre intention doit être de nous éloigner de la soumission, de la crainte, du désappointement , du remords, du mépris, de l’état d'agressivité pour se rapprocher des émotions génératrices de bonheur et de paix, pour être en connexion avec la joie, l’admiration, l’amour, le désir, l’optimisme.

Utiliser l'E.F.T

En séance de coaching, je peux utiliser par exemple l’ E.F.T (Emotional Freedom Techniques, technique de libération émotionnelle) pour améliorer la gestion des émotions et se libérer des perturbations qu’elles apportent.

Je demande à la personne de revivre un événement qui lui a été désagréable. Son corps et son cerveau qui reçoivent des informations similaires à ce qu’elle a réellement vécu, lui envoient une réponse émotionnelle similaire à ce qu’elle a vécu.
Elle peut alors évaluer la trace, la mémoire que son corps a gardé de cet événement sous forme de gêne qu’elle ressent encore aujourd’hui (S.U.D : Subjective Unit of Disturbance).

Ce n’est pas toujours simple, certains d’entre nous ont du mal à écouter leur corps, à ressentir, mais comme toute chose cela s’apprend.

Le message nous parvient sous forme de boule au ventre, de serrement de gorge, de raideur de nuque, de picotement au bout des doigts, de tressaillements dans les jambes. Peu importe, l’essentiel est de le ressentir et de l’évaluer sur une échelle de 0 à 10, où 0 serait neutre et 10 insupportable.

 

Une émotion peut en cacher une autre

Pour revenir à mon sujet initial c’est à dire pour démêler nos émotions, il est important de se souvenir qu’une émotion peut en cacher une autre.

Le coaché va se dire par exemple impuissant, et en colère. En travaillant les rondes Eft sur la colère, le S.U.D. va baisser mais il peut rester bloqué à 3 ou 2, l’objectif étant 0, la neutralité, le calme. Le coaché va devoir comprendre, admettre ou même parfois accepter de faire l’hypothèse qu’il est aussi infiniment triste ou effrayé en plus d’être en colère, ou qu’il est aussi en colère contre lui-même. Et c’est seulement en traitant cette deuxième émotion que sa mémoire émotionnelle va lâcher et qu’il va sentir son corps libéré de toute tension.

Autre possibilité, l’émotion peut se cacher ! Le coaché se souvient d’un événement mais quand il le revit, il n’a pas de sensations. Pourtant l’image est là et ce n’est pas un souvenir agréable. On va alors faire l’hypothèse que l’émotion négative est à 10 ou près de 10 et que pour survivre, pour se protéger de la souffrance, le cerveau a trouvé le moyen de « s’anesthésier », d’inhiber les ressentis car la perturbation serait insupportable. Mais l’émotion ronge, pollue comme un aliment mal digéré nous intoxique.

C’est pour cette raison que même si chacun peut facilement utiliser l’Eft seul avec de bons résultats, il est dans certains cas plus efficace de travailler avec le (la!) coach ou le thérapeute qui va savoir prendre du recul, faire ces hypothèses, et aider au déblocage.

Exactement comme avec d’autres outils comme la PNL, les représentations systémiques (constellations familiales), pratiquer la méditation ou de la cohérence cardiaque.

 

Essayez ! Vous trouverez des vidéos gratuites ur ma chaîne YouTube pour mieux comprendre ces ressources

En tous cas, mes colliers sont démêlés, jusqu’à la prochaine fois, comme nos émotions !!

 

Prenez soin de vous en cette fin d'année. Que la paix et la joie vous enveloppent !

Après cette période estivale, la reprise est là

Retour à la liste