Changer... dé-stresser... (Episode 3)


Abonnez-vous. 
Vous recevrez mes chroniques et des outils concrets pour améliorer votre vie et votre quotidien.

 

Et recevez gratuitement mon e-book :

"Les clés d'un coaching réussi"

test

Abonnez-vous à mes chroniques.

Et recevez en cadeau un extrait de mon e-book :

"Les clés d'un coaching réussi"

Changer... dé-stresser... (Episode 3)

12 juin 2017
Blog
Changer... dé-stresser... (Episode 3)

Quoique ce soit que vous voulez faire
ou rêvez de faire,
Commencez-le,
l'audace contient du génie,
du pouvoir et de la magie.

Goethe


Chers amis de Coach et Vie,
 

Dans la dernière lettre du 26 mai, je vous ai proposé de prendre conscience de votre stress et de votre (in)capacité à vous en détacher, à laisser le sable (ou la vase !?) retomber dans votre verre d’eau.
 
Dans la première lettre du 11 mai, nous avions établi que le stress se manifeste avec ses conséquences nocives à notre bien-être et notre santé lorsqu’il existe un déséquilibre entre ce qui est exigé de nous et les ressources dont nous disposons (ou dont nous croyons disposer). Encore faut-il en prendre conscience...
 
Et ce qui est observable chez beaucoup d’entre nous est que nous sommes capables de résister longtemps, de faire face, de nous dépasser, de nous surpasser même en nous faisant croire que nous allons y arriver. Il se passe souvent du temps avant que nous prenions conscience que nos limites sont dépassées.
 
Alors, première chose, redevenons acteur de notre vie et procurons-nous une nouvelle paire de lunettes, des lunettes qui nous permettent de voir plus clair, de voir plus loin, de voir le mur avant de le percuter.
 
Car si les verres de vos lunettes sont jaunes, vous aurez beau repeindre trois fois le mur en blanc, vous le verrez toujours jaune.

OK, mais où trouver ces lunettes, comment nous « obliger » à les porter régulièrement pour prendre du recul, sortir la tête du sable, prendre conscience de notre état, sortir du « faire » permanent, donner le petit coup de volant nécessaire pour reprendre le bon chemin ?
 
Pour amorcer ce changement, voici une première suggestion :
  • Fixez-vous un rendez-vous permanent de prise de conscience, un Stop, un rendez-vous avec vous-même, avec la partie la plus alignée de vous-même, celle qui sait ce qui est juste et bon pour vous. Fixez ce rendez-vous dans votre agenda dès maintenant, tous les jeudis à 8h30 au bord du lac, tous les vendredis à 18h00 au café de la poste, tous les dimanches soirs dans votre chambre, que sais-je ? Où vous voulez mais de préférence dans un lieu fixe et accueillant et avec un petit « carnet de vie » et un stylo à portée de main. 
  • Respirez et observez-vous avec bienveillance, sans jugement ni critique.
  • Posez-vous la question : « comment je me sens ?». Dans la colonne des émotions, suis-je en bas, au sous-sol, proche du désespoir, ou à peine plus haut, dans le doute, la tristesse, le questionnement, la lassitude, la remise en question ? Suis-je dans les étages supérieurs, là où il y a au moins de l’espoir, une vision, un projet, de l’enthousiasme ? Suis-je tout en haut, dans la joie ?
  • Quelles sont les 3 choses pour lesquelles je ressens de la gratitude ?
  • Quelle est l’action que j’ai posée depuis mon dernier rendez-vous avec moi-même dont je suis satisfait ?
  • Quel est mon prochain objectif, la prochaine action, le prochain changement que je vais apporter dans ma vie pour me sentir mieux, monter d’un étage, être au moins au niveau de l’espoir ?
  • Quand vais-je le faire ?
  • Quand est fixé mon prochain rendez-vous avec moi-même ?
Si une partie de votre cerveau, en pilotage automatique, vous dit « J'ai pas l'temps ! », je vous réponds comme cette femme brillante qui a vécu un drame familial terrible et qui vit, et rayonne même. Pour elle, le salut fut la méditation chaque jour. Ce qu'elle en dit : « Pour moi la méditation, c'est une demi-heure par jour et si je n’ai pas le temps, c'est une heure ! ».

Car prendre du temps pour soi, c’est participer à son bien-être et à sa santé, c’est salutaire et préventif de dérèglements physiques ou psychiques. Si vous avez besoin d’une heure, c’est que vous n’êtes plus capable de vous reconnecter à vous-même en une demi-heure et qu’en tous les cas, le sable ne réussira pas à retomber en 30 minutes.

C’est clair ?

Prenez soin de vous chaque jour, 1 minute, 5 minutes, une heure, mais prenez soin de vous.

Pour moins de tensions dans le corps, la tête, les relations... dans la vie.

Pour plus de douceur, de souplesse, de calme, de paix... de vie. 


 

Prenez soin de vous.
Que la douceur et la paix vous accompagnent !

Danièle LAOT RAPP

Coach et vie

Changer... dé-stresser... (Episode 3)

Retour à la liste